dimanche 26 septembre 2010

La dynamique folle du capitalisme

Au sein du capitalisme il existe une concurrence entre capitaux rivaux. Pour survivre, chaque capital est obligé de chercher à prendre l'avantage sur ses rivaux, notamment en adoptant des méthodes de production plus efficaces qui permettent à ses marchandises de se vendre à des prix plus bas que ceux de ses rivaux. Autrement dit, l'avantage est gagné en accumulant du capital — en investissant dans de l'équipement nouveau capable de produire en plus ou moins de temps (c'est-à-dire, capable de réduire la quantité de travail socialement nécessaire à la production d'une marchandise et par conséquent de faire baisser sa valeur et son prix).

Aucun capital ne peut se permettre d'ignorer cette nécessité d'accumulation. Afin de simplement maintenir sa part de marché, chaque capital est constamment obligé de diriger la majeure partie de la plus-value qu'il réalise vers de nouveaux investissements. Dans un passage bien connu du Capital, Marx écrit :

« Le développement de la production capitaliste nécessite un agrandissement continu du capital placé dans une entreprise, et la concurrence impose les lois immanentes de la production capitaliste comme lois coercitives externes à chaque capitaliste individuel. Elle ne lui permet pas de conserver son capital sans l'accroître, et il ne peut continuer de l'accroître à moins d'une accumulation progressive » (Le Capital, I, chapitre XXIV, section III).

Le « capitaliste individuel » dont parle Marx a été quasiment éliminé du capitalisme privé moderne. Mais les « lois coercitives externes » continuent d'agir même sur des multinationales géantes et sur des blocs entiers du capital d'État. Quelle que soit son importance et son étendue, chaque capital doit courir simplement pour rester sur place, et, pas plus que le capital privé, le capital d'État ne peut échapper à la contrainte.

C’est la raison pour laquelle les nationalisations et les étatisations ne peuvent libérer la société de la logique du capitalisme.

Aucun commentaire: